top of page

Commentaire du Message du 25 donné
par la Reine de la Paix à Medjugorje

Chaque 25 du mois, un message est confié par la Gospa ( la Mère de Dieu ) à la paroisse de Medjugorje et au monde entier . Ces messages donnés pour raviver notre foi chrétienne sont traduits en de nombreuses langues .

Ils sont donnés par l'intermédiaire de la voyante Marija Pavlovic .

Au début des apparitions, de tels messages étaient donnés les jeudis pour la paroisse de Medjugorje uniquement . Puis ils furent donnés tous les 25 du mois pour le monde entier . Ces messages continuent à être donnés jusqu'à aujourd'hui .

Message confié à Marija Pavlovic-Lunetti 

pour la paroisse de Medjugorje 

et le monde entier . 

Commentaire du Père Jamut ( Argentine )  sur le message du 25  Mai  2024 donné par la Reine de la Paix à Medjugorje et confié à la voyante Marija Pavlovic.

Notre prière – qui se limite souvent au niveau rationnel et intellectuel – doit descendre jusqu'au cœur. Et je ne parle pas du cœur comme d’un organe physique, mais comme du centre de notre identité la plus profonde.

Le cœur au sens biblique du terme est l'espace où se rejoignent notre passé, notre présent et notre futur ainsi que toutes nos expériences ; C'est pourquoi Notre Mère nous invite - une fois de plus - à la prière faite avec le cœur.

Mais dans ce message, Notre Mère nous précise que la prière personnelle ne suffit pas, car nous avons aussi besoin de la prière communautaire.

À mon avis, ces deux formes de prière, c’est comme avoir deux jambes. Pour avancer, nous nous renforçons dans l’un et élargissons l’autre ; et ainsi nous le faisons successivement pour pouvoir marcher, avancer et atteindre le but.

Si la prière personnelle ou la prière communautaire font défaut, alors nous marchons sur une seule jambe, ou nous avançons comme au ralenti, et nous stagnons spirituellement. De cette manière, le processus de guérison, de conversion et de sanctification est ralenti en nous.

La prière personnelle faite avec le cœur nourrit la prière communautaire ; et à son tour, la prière en communauté nous donne la force d'approfondir l'intimité personnelle avec Dieu, pour être des serviteurs persévérants et joyeux, accomplissant les bonnes œuvres auxquelles le Seigneur et la Vierge nous appellent.

Un jour, un serviteur de notre communauté - après avoir participé à son groupe de prière - m'a dit ce qui suit : « il semble qu'à cette occasion, ceux d'entre nous qui ont participé au groupe avaient eu peu de prière personnelle pendant la semaine ».

Puis je lui ai demandé d'où il avait déduit cela ; à quoi il a répondu qu'il avait l'impression que la prière de groupe à cette occasion manquait de l'impulsion et de la force de l'Esprit Saint, et qu'il comprenait que les participants du groupe étaient arrivés spirituellement vides.

Un autre point qui me semble important est qu'il faut faire attention à ce que les groupes de prière ne se réduisent pas à de simples groupes d'amis.

Un prêtre de ma communauté dit généralement qu’il existe des groupes qui, plus que de prier, visent à socialiser ou à « pleurer ». Ils parlent de n'importe quoi ou se plaignent de la situation du monde, de l'Église ou du pays, au lieu que le centre de leur rencontre soit la prière du cœur.

Gardons à l’esprit que l’objectif principal du rassemblement n’est pas la socialisation, mais plutôt la louange, l’adoration de Dieu et le fait de se laisser convertir par l’Esprit Saint.

Notre Mère nous dit « qu'ils s'exhorteront au bien » ; C’est-à-dire que lorsque l’ordre qui vient de l’Esprit Saint manque dans nos groupes de prière, alors commence le retard, il y a un manque de cohérence ou de superficialité.

Dans ces cas-là, nous devons - humblement et de bonne manière - nous exhorter mutuellement à corriger les déviations qui empêchent Dieu d'être le centre de notre prière et de notre service.

Rappelons-nous que faire partie d'une communauté est un appel du Seigneur et de notre Mère , Reine de la Paix.

Nous devons nous demander :

  • Est-ce que je sers Dieu et la Sainte Vierge comme ils méritent d’être servis ? Ou est-ce que je les sers « à ma manière », en étant inconstant ou négligent et en remettant à plus tard ce que Dieu me demande de faire à son service et pour le bien de son peuple ?

  • Suis-je vraiment les mains tendues de la Gospa ? Ou mes mains sont-elles paralysées et comme si elles étaient liées pendant un certain temps ?

  • Lorsque des difficultés surgissent, est-ce que j'abandonne le bien que j'avais prévu de faire et dois-je quitter la communauté et le groupe pour une raison quelconque ?

De même, à mon avis, un autre trait distinctif des véritables serviteurs de la Reine de la Paix est qu'ils se reconnaissent comme pécheurs, ayant besoin d'une conversion permanente et ne se croient pas meilleurs que les autres ; C'est pourquoi ils demandent constamment la grâce d'un cœur chaque jour plus semblable à celui de la Vierge Marie, dans lequel l'Esprit Saint est à l'aise.

Ainsi s'accomplit ce qu'annonce la Reine de la Paix, lorsqu'elle nous encourage à nous exhorter les uns les autres, puisqu'elle dit aussi qu'en plus « ils grandiront dans la joie ».

De cette manière, Notre Mère nous fait comprendre que beaucoup d'entre nous - y compris les prêtres, les consacrés et les laïcs engagés dans l'Église - étant physiquement proches de tout ce qui est propre au domaine religieux, nous pouvons cependant être spirituellement loin du Cœur de Dieu.

C'est pourquoi entrer à l'école de Marie implique un retour continu à Dieu ; discerner quelle est la volonté du Seigneur et reconvertir fréquemment notre façon de penser, de parler, d'agir ; ainsi que développer la capacité d’analyser calmement et objectivement les décisions quotidiennes.

Demandons aujourd'hui à Notre Mère d'être guérie de « l'amnésie spirituelle », pour ne pas être des lecteurs oublieux de ses messages ; Mais en les lisant, nous prenons le temps nécessaire pour que leurs messages passent : des yeux à l'esprit, de l'esprit au cœur, et que le cœur les batte et les propulse dans tous les domaines de notre vie ; qu'il en soit ainsi.

Je vous dis au revoir, en demandant à Dieu et à Notre-Dame de vous embrasser et de vous bénir abondamment ; En même temps, je me confie à vos prières avec les frères et sœurs de ma communauté.

Père Gustavo E. Jamut, omv

Traduction : Marie-Laure D.

bottom of page